Morgane, l’ensorceleuse machiavélique des légendes arthuriennes inspirée de la fée de la mythologie celte

De l'origine celtique de Morgane à sa transformation en sorcière maléfique

Personnage fascinant des légendes médiévales, appartenant au cycle arthurien, la sorcière Morgane est une puissante enchanteresse présentée comme diabolique lorsqu’elle devient la principale rivale du Roi Arthur et de la Reine Guenièvre. Bien qu’elle soit présentée comme une sorcière aux mauvaises intentions, Morgane est à l’origine une déesse de la mythologie celte et une bonne fée associée à la mer. Découvre les deux visages de la sorcière/fée Morgane.

Morgane Le Fay, la sorcière des légendes arthuriennes

Dans la première version des légendes arthuriennes, l’histoire raconte que la déesse Modron se maria avec le roi Urien et qu’ils donnèrent naissance à Owain et Gwayr, sœur d’Arthur, qui était la mère de Medrawt et une puissante sorcière. Plus tard, l’on dit de Morgane qu’elle est l’ainée de neuf sœurs qui gouvernent l’île magique d’Avalon. Ce fut la base légendaire qui servit à la création du personnage fondamental du cycle arthurien, la sorcière Morgane.

La version de cette légende, la plus répandue, présente Morgane comme une enchanteresse possédant la capacité fabuleuse de changer d’aspect, ce qui lui conféra ensuite cette réputation de tromperie et de manipulation. De plus, Merlin l’enchanteur lui enseigna la magie noire qu’elle utilisa ensuite contre lui ainsi que pour nuire à Arthur.

Dans sa situation un peu confuse au sein de la famille arthurienne, Morgane est fruit de l’union entre la mère d’Arthur et son premier époux, Gorlois, Duc de Cornouailles, ce qui fait d’Arthur son demi-frère. Initialement, c’est une bonne fée mais le christianisme médiéval fit d’elle une ensorceleuse aux mauvaises intentions et ce, dès que Chrétien de Troyes lui attribua pour la première fois une parenté avec le roi Arthur.

Morgane et Merlin

C’est précisément dans le récit de Chrétien de Troyes, le grand chroniqueur médiéval français, que Morgane prend de l’importance dans la légende du roi Arthur. Dans cette histoire, on décrit Morgane comme une disciple de Merlin, le puissant magicien de qui elle deviendra ensuite l’adversaire.

Son changement commence lorsqu’Uther Pendragon, le père d’Arthur, tue le père de Morgane, Gorlois, un meurtre qu’elle promet de venger. Son obsession est de détruire Merlin qui aida de ses pouvoirs au meurtre de son père et ensuite de tuer son demi-frère pour se venger d’Uther.

Morgane se retira alors dans la forêt où elle cultiva les arts de la magie noire et revint à la cour du roi Arthur telle une sœur bienveillante. En fait, se tramait derrière tout cela la trahison et la vengeance. Elle acquiert pour cela l’apparence de la reine Guenièvre et conçoit un enfant avec le roi Arthur, Mordred (ou Medrawt) qui, lorsqu’il sera adulte reviendra à la Table Ronde pour occuper la place du traitre et lutter pour son droit au trône.

Morgane et Lancelot

Le chevalier Lancelot arriva à attendrir le cœur de Morgane, mais celui-ci n’était pas amoureux d’elle mais de la reine Guenièvre. Morgane le séquestra plusieurs fois mais il réussit à s’échapper. Elle décida alors de se venger. Elle arriva à faire disparaitre Merlin de la cours de Camelot et dévoila au grand jour la trahison de Lancelot et Guenièvre, provoquant une bataille entre les chevaliers de la Table Ronde.

Les disputes internes et l’invasion des romains laissent la Grande Bretagne au bord du chaos, Mordred profite de cette situation pour s’introniser roi du pays. Celui-ci, néanmoins, tombe aussi sous le charme de Guenièvre qui décide de s’enfermer dans une tour pour lui échapper. Le destin se décide alors dans une lutte à mort entre Arthur et Mordred, qui termine avec la défaite du fils de Morgane.

C’est à ce moment-là que la mauvaise sorcière se rend compte de la souffrance et de la douleur qu’elle a causé. Elle s’en repend en sauvant Arthur, mortellement blessé, du champ de bataille en l’amenant sur l’île d’Avalon

Les pouvoirs et attributs de la sorcière Morgane

Depuis son rôle dans le récit des légendes arthuriennes, la sorcière Morgane est devenue au fil des siècles l’une des enchanteresses les plus connues de la littérature occidentale. Bien qu’au début, elle ne fut qu’une pratiquante de la magie blanche, la littérature a transformé son personnage en archétype classique du mal lié à la sorcellerie.

Le personnage de la sorcière Morgane concentre les attributs de la méchanceté, de la haine et de la vengeance et elle souvent représentée sous les traits d’une veille femme en haillons avec le nez en crochet. Cependant, dans certaines versions, le personnage possède un caractère double, car il représente aussi la beauté ardente, le désir et la tentation.

Parmi les pouvoirs de la sorcière Morgane se trouvent la capacité à se transformer en n’importe quel animal, à persuader n’importe quel mortel à travers la télépathie, à voir dans le futur et à pouvoir le changer, à tenter les hommes responsables afin de les amener à la perdition.

Parmi ses victimes, l’on retrouve Arthur Pendragon et Merlin l’Enchanteur, deux représentants alors du devoir et de la responsabilité qui perdirent leur gloire et leur grandeur à cause des actions de Morgane.

Morgane : une mauvaise sorcière ou une bonne fée ?

La construction du personnage de la rivale des légendes arthuriennes devenue une sorcière machiavélique dans la littérature occidentale n’est en fait que la déformation d’un personnage originel dont la complexité se développe à travers le récit de la mythologie celte.

L’origine le plus certain de Morgane est celui d’une reine celte appelée Mohr Righan (« La Grande Reine »), qui occupe dans le panthéon des dieux irlandais celui de la reine de la guerre.

Cela remet en question le droit d’héritage du trône dans le mythe arthurien car les anciennes sociétés celtiques étaient des sociétés matriarcales où régissait la loi de succession druidique : la dignité royale était héritée par le fils de la sœur ainée, c’est-à-dire que le véritable héritier dans l’histoire de Morgane devait être Modred, son fils. Cela remet, de fait, en question les droits d’Arthur envers le trône.   

C’est pour cette raison que le clergé chrétien, contraire au matriarcat et partisans de la loi du premier-né, firent de Modred un fils bâtard issu d’une union incestueuse entre les frère et sœur Arthur et Morgane, ce qui lui quittait toute légitimité.

Mais il évident qu’il existe une connexion entre « la Grande Reine » et Morgane, car toutes deux peuvent se changer en animal et ont une sexualité épanouie. Toutes deux sont en même temps créatrices et destructrices, capables du pire comme du meilleur.

Une autre version défend la connexion entre Morgane et Muirgein, une fée de la mer qui est en lien avec Modron, la grande déesse mère de la mythologie celte et qui est liée au monde de la mer par son père, le dieu Avallach. Dans la tradition française, Morgens représente les esprits de l’eau.

La sorcière Morgane dans la fiction

La légende épique du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde a été transposée au cinéma en beaucoup d’occasions. Voici les films à ne pas manquer si tu souhaites connaitre ce récit en profondeur et dans lesquels apparait, sous une forme ou une autre, la sorcière Morgane.

1. Les chevaliers de la Table Ronde (1953)

Ce fut la première mise en images du mythe arthurien, un film dans lequel Anne Crawford donna vie au personnage de Morgane, sous les traits d’une dame ambitieuse qui voulait accaparer le trône d’Angleterre et qui luttera contre Arthur pour lui usurper le pouvoir, dès le moment où celui-ci arracha l’épée d’Excalibur de la pierre où elle se trouvait.

Pour ce faire, elle compte sur Mordred, le fils qu’elle a eu avec Arthur, bien que dans le film, ce dernier détail n’est pas mentionné. En revanche, on y voit la rivalité entre Morgane et Merlin car le magicien essaie de freiner les intentions de la mauvaise sorcière jusqu’à ce qu’elle parvienne à l’empoisonner.  

2. Excalibur (1981)

S’il y a bien une actrice qui est particulièrement associée au rôle de Morgane, c’est bien l’inoubliable Hellen Mireen qui, dans la version libre du mythe d’Arthur de ce film, joue un rôle fondamental. En cette occasion, Morgane et Merlin sont aussi maitre et disciple, mais ils ont aussi une relation, bien que Morgane tombe amoureuse de Lancelot, lui-même amoureux de Guenièvre.  

Malheureusement, Morgane est aveuglée par la haine qu’elle porte au fils de l’assassin de son père et veut lui arracher le trône. C’est pour cette raison qu’elle met fin à sa relation avec Merlin et lui vole ses pouvoirs pour se faire passer pour Guenièvre. Ce qui est nouveau dans ce film, c’est qu’il donne à voir la mort de Morgane, qui n’apparait dans aucun récit la concernant.

3. Merlin (1998)

On garde aussi en tête le souvenir de l’image de Morgane associée à la figure d’Helena Bonham Carter, dans la minisérie Merlin, sortie en 1998. Dans cette version, Morgane ne tient pas le rôle de la rivale mais plutôt celui d’une personne certes motivée par la trahison, mais manipulée par la vraie mauvaise influence du film, la reine Mab, qui a, elle, le véritable dessein de vaincre son ennemi juré, Merlin l’Enchanteur.  

4. Game of Thrones (2011)

La série à succès Game of Thrones, basée sur les romans de George R. R. Martin, a utilisé Morgane comme référence mythologique pour construire le personnage de Mélisandre. Alors que la Morgane des légendes arthuriennes possède une grande dimension sexuelle, dans Game of Thrones, elle a les hommes en sa faveur.

De plus, Mélisandre utilise des pouvoirs pour changer d’apparence, de la même façon que Morgane qui, dans les récits légendaires, avait elle aussi acquis le pouvoir de changer d’apparence et de voler. Dans le série Game of Thrones, Mélisandre est interprétée par Clarice von Houten.



Commentaires

envoyez le commentaire